Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La cuisine du diable

Un chef bien connu outre-atlantique, Anthony Bourdain, fut retrouvé pendu dans sa chambre d'hôtel en Alsace le huit juin dernier.

 

D'après la BBC, le chef aimait à philosopher, et l'un de ses bons mots préférés était : "Votre corps n'est pas un temple, c'est un parc d'attraction. Profitez de la visite." ("Your body is not a temple, it's an amusement park. Enjoy the ride.")

 

Il n'y a peut-être pas plus authentiquement satanique que ce genre d'affirmation, pour celui qui précisément est devenu Satan à cause du corps même, et qui s'est juré sa dégradation et sa déchéance à la mesure de sa propre dégradation et déchéance. Il fut défait par Celui qui, assumant un corps de péché quand il n'avait conçu à l'origine qu'un corps d'humilité, il le divinisa à la mesure de sa propre gloire et élévation. Parce que la gloire de Dieu, c'est l'homme vivant, selon la théologie du corps de saint Paul ou saint Irénée.

 

Il s'est donc suicidé, le cuistot philosophant, et les sirènes de l'attraction n'ont pas duré ; il faut croire que son maître est vite blasé et aime à jeter son jouet sitôt acquis.

Écrire un commentaire

Optionnel