Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire - Page 4

  • La petite histoire

    La sage-femme de la III° République fut un désastre : celui de Sedan le 4 septembre 1870 face aux Prussiens. Son fossoyeur une débâcle, au même endroit en 1940, face aux Nazis.
    Malheur aux régimes fondés par les déroutes.

  • Brève

    Juste pour info :

    "De plus en plus de catholiques dans le monde"
    27 Avril 2010

    La nouvelle édition de l'Annuaire statistique de l'Église fournit les données relatives à la situation et aux actions qu'elle a menées entre 2000 et 2008 dans les différentes régions du monde. Les catholiques n'ont jamais été aussi nombreux.
    Le nombre de catholiques est passé en neuf ans de 1.045 millions à 1.166 millions (+ 11,5 %). Si la présence des catholiques est stable en Europe (+ 1,17 %), leur croissance est de 10,9 % en Amérique et en Océanie, de 15,6 % en Asie et de 33% en Afrique. Les catholiques européens sont passés de 26,8 % du total à 24,3 %.

     On notera que la décroissance (relative) du catholicisme dans les pays dits occidentaux, suit la décroissance (réelle) de l'influence de ces mêmes pays dans le monde. Nous n'y voyons cependant aucun lien de cause à effet...

  • Dope

    Un certain Marcel Gauchet nous explique que le "Christianisme est la religion de la sortie de la religion." Le slogan plaît, on l'ânone donc à l'envie, mais n'écoutez pas ces balourdises, c'est l'oeuvre de bonimenteurs eux-mêmes bonimentés.
    La religion de la sortie du Christianisme se nomme en réalité prozac et psychotropes, seule religion capable de faire oublier la haine "du soi" privé de Dieu, et des autres épargnés par cette peste.

    Hegel pour sa part explique que «le peuple qui a un mauvais concept de Dieu a aussi un mauvais État, un mauvais gouvernement, de mauvaises lois». Quand on observe les lois actuelles, qui donc seraient la manifestation du concept de Dieu par le peuple, on se dit qu'il vaut mieux un mauvais concept de Dieu qu'un concept niant Dieu.

  • das Urteil (2)

     Aux diverses questions :

    1) Pie XII fut-il pro-nazi ? Les faits répondent "non".*
    2) Pie XII fut-il antisémite ? Les faits répondent "non".
    3) Pie XII fut-il passif face à la shoa ? Les faits répondent "non".
    4) Pie XII fut-il silencieux face à la shoa  ? Les faits répondent "non".

    Aux diverses questions :

    1) Pie XII fut-il l'ennemi juré d'Hitler et sa clique ? Les faits répondent "oui".
    2) Pie XII fut-il bienveillant à l'égard des Juifs ? Les faits répondent "oui".
    3) Pie XII a-t-il par son action sauvé des Juifs ? Les faits répondent "oui".
    4) Pie XII a-t-il dénoncé le nazisme et sa barbarie ? Les faits répondent "oui".
    5) Pie XII aurait-il dû parler plus explicitement et vigoureusement pour condamner la Shoa ? Les faits répondent : "nous ne savons pas, nous ignorons le mode du conditionnel ; nous ne savons que ce qui fut, non ce qui aurait pu être."

    * Cf "Pie XII et la Seconde Guerre Mondiale" de Pierre Blet, "le Mythe du pape d'Hitler" de David Dalin, " A question of judgement" de Joseph Lichten, "Pie XII" d'Andrea Tornielli, "Les Justes" de Sir Martin Gilbert ; voir également Michael Tagliacozzo, ou encore "Pio XII e gli ebrei"", et "Pope Pius XII: Architect for Peace" par Margherita Marchione, "Three popes and the Jews", de Pichas Lapide,  Pie XII face au Nazis" de Charles Klein,  "Hitler, the War, and the Pope" de Ronald Rychlak, etc. 

    Note : incroyable : LCI se met à faire de l'info. Eh si  : http://lci.tf1.fr/monde/institutions/2009-12/face-a-hitler-pie-xii-a-choisi-l-action-souterraine-au-choc-frontal-5609057.html