Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aius Locutius - Page 10

  • Autruche

    autruches.jpg Autre article du Spiegel confirmant les précédents :

    "Aber ohne eine solche Reform kann man den islamistischen Terrorgruppen auch theologisch nicht Paroli bieten. Bisherige Versuche sind kraftlos. Wichtige sunnitische Geistliche sagen, der IS habe nichts mit dem Islam zu tun, sondern sei eine Kreation des israelischen Geheimdienstes Mossad. So etwas ist haarsträubend und durchsichtig, soll von eigenen Fehlentwicklungen ablenken und jegliche Verantwortung zurückweisen. Dabei hat sich die extremistische Form des Islam, eine Todestheologie, die von Dschihadisten benutzt wird, um Anhänger zu rekrutieren, seit Jahrzehnten in der islamischen Welt eingeschlichen. Die religiösen Autoritäten, von Marokko über Sudan und Ägypten bis Saudi-Arabien und Pakistan, tun nichts dagegen."

    "Mais sans une telle réforme [interne de l'islam, NDT] on ne pourra défier théologiquement les groupes terroristes islamistes. Les tentatives précédentes se sont révélées impuissantes. D'important religieux sunnites disent que l'IS n'a rien à voir avec l'islam, mais est une création du Mossad. Une telle chose est hallucinante et visiblement [à pour objectif] de détourner l'attention de leurs propres erreurs, et de rejeter toute responsabilité. Ce faisant, c'est une forme extrémiste de l'islam introduite depuis des décennies, une théologie de la mort, qui est utilisé par les djihadistes pour recruter des adeptes. Les autorités religieuses [sunnites donc, NDT] du Maroc et de l'Egypte au Soudan Arabie saoudite et le Pakistan, ne font rien pour contrer cela."

     

    -> le problème est bien un problème de l'islam sunnite - islam sur lequel ont misé depuis des décennies les pays occidentaux contre le chiisme. Visiblement le mauvais cheval...

  • Tête à claques

    bouffon.jpg "Certes la tentation est puissante de souhaiter à la société ici décrite une chute digne des atrocités dont elle se montre féconde, inlassablement et sur tous les terrains.; mais que cette perspective semble futile, par rapport au désir de la voir continuer à entasser cauchemar sur cauchemar, turpitude sur turpitude, fléau sur fléau, échec sur échec, saccage sur saccage, niaiserie sur niaiserie, pertes, fracas, naufrages et tribulations ; et, sans relâche aussi, inventer les procédés rhétoriques destinés à chanter l'ensemble de ces désastres ; tout en offrant aux romanciers comme aux penseurs, à supposer qu'il en reste dans de telles conditions, du pain sur la planche, et même de la brioche, pour les non-siècles à venir."

    Philippe Muray, "Happy End", Fevrier 2000

     

    Oui la tentation est puissante entre le désir de faire cesser cette époque de carnaval des pitres, et la jubilation de la voir s'enfoncer dans sa propre souille. D'un côté la fatigue et la lassitude de l'intelligence sans cesse insultée, de l'autre le rire sans retenue ni vergogne d'une "shadenfreude" bien frappée. Epoque résolument nulle, verbeuse, abyssalement prétentieuse, ne reculant devant aucun ridicule, ne lésinant sur aucune médiocrité, érigeant la bêtise en art de vivre là ou il vous aurait sûrement tué il n'y a pas un siècle.

  • La double peine

    Plus de quatre-vingts personnes furent assassinées au Bataclan le 13 novembre. Elles sont mortes, si l'on en croit les journaux, sur l'air innocent et gentillet de "Kiss The Devil".

     

    Kiss The Devil Lyrics
    New Music Daily
    "Kiss The Devil" was written by Homme, Josh/hughes, Jesse.

     

    Who'll love the Devil?
    Who'll song his song?
    Who will love the Devil and his song?

    I'll love the Devil
    I'll sing his song
    I will love the Devil and his song

    Who'll love the Devil?
    Who'll kiss his tongue?
    Who will kiss the Devil on his tongue?

    I'll love the Devil
    I'll kiss his tongue
    I will kiss the Devil on his tongue

    Who'll love the Devil?
    Who'll sing his song?
    I will love the Devil and his song

    Who'll love the Devil?
    Who'll kiss his tongue?
    I will kiss the Devil on his tongue

    Who'll love the Devil?
    Who'll sing his song?
    I will love the Devil and sing his song

    Songwriters
    HOMME, JOSH/HUGHES, JESSE

     

    On devrait pourtant savoir que même pour le père du mensonge, et surtout pour lui peut-être, les mots ont toujours un sens. Tu veux chanter ma chanson ? Allez je suis généreux, et plutôt deux fois qu'une. Tu vois comme je t'aime - à ma façon ?

  • L'épithète au nom menteur

    faust-delacroix.jpg Ou la soupe spirituelle que les idéologues nazis qualifiait de "christianisme positif".

     

     

     

    Rapide extrait de Wikipedia pour se faire une idée :

    L'idéologue nazi Alfred Rosenberg a développé une version radicale de ce point de vue dans Le Mythe du vingtième siècle, et désigne le christianisme positif comme une lutte contre le catholicisme et le protestantisme. Les nazis les plus radicaux ne prônaient cependant pas le christianisme positif, mais un retour au néopaganisme germanique.

     

     


    Le but du christianisme positif était couper les racines juives du christianisme et de créer une religion de transition entre christianisme et paganisme qui parviendrait à réaliser le culte aryen tel qu'imaginé par les chefs du Troisième Reich. Ainsi, l'intérêt pour le védisme de Jakob Wilhelm Hauer était uniquement motivé par des préjugés racistes.

    Jésus est de race nordique :

    - Les Amorites fondèrent Jérusalem ; et composèrent la couche nordique de la future Galilée, c’est-à-dire le « cercle des païens » d’où devait surgir Jésus.
    - Son message a été déformé notamment par Paul de Tarse :
    Ses doctrines (de Paul) constituent jusqu’à aujourd’hui, malgré toutes les tentatives de sauvetage, la base spirituelle juive, pour ainsi dire le côté talmudique oriental de l’église romaine, mais aussi de l’église luthérienne.
    - La lutte permanente des christianismes positif et négatif :
    En 150, le Grec Marcion défend l’idée nordique d’un ordre du monde reposant sur une tension organique et des hiérarchies, en opposition avec la représentation sémite d’une puissance divine arbitraire et de son despotisme sans limites. Pour cette raison, il rejette aussi le « livre de la loi » d’une telle divinité, c’est-à-dire l’ancien testament hébreu.
    - Les christianismes négatif et positif sont depuis toujours en lutte et se combattent aujourd’hui avec encore plus d’acharnement qu’autrefois. Le côté négatif se réclame de la tradition syro-étrusque, de dogmes abstraits et des rites consacrés, le positif réveille de nouveau les forces du sang nordique, consciemment et naïvement, comme autrefois les premiers Germains, quand ils envahirent l’Italie et offrirent leur vie pour fertiliser la terre inculte.
    - Pour un christianisme germanique :
    "Nous comprenons aujourd’hui que les valeurs suprêmes des églises catholique et protestante, en tant que christianisme négatif, ne conviennent pas à notre âme, qu’elles barrent la route aux forces organiques des peuples de race nordique, qu’elles ont à leur faire place et doivent se réformer dans le sens d’un christianisme germanique."

    -> cf Alfred Rosenberg, "Le Mythe du vingtième siècle"

    Cette idéologie a été [évidemment] condamnée le 10 mars 1937 par l'Église catholique romaine dans l'encyclique Mit brennender Sorge : "Qui veut voir bannies de l'Église et de l'école l'histoire biblique et la sagesse des doctrines de l'Ancien Testament blasphème le Nom de Dieu, blasphème le plan de salut du Tout-Puissant, érige une pensée humaine étroite et limitée en juge des desseins divins sur l'histoire du monde."

    Ce projet de religion délirante est également mentionnée par le dr Felix Kersten lors d'un de ses entretiens avec Heinrich Himmler, qui fut son patient :

    "Le Führer, déclare Himler, est décidé, après la victoire du III° Reich, à supprimer le christianisme dans toute la Grande Allemagne, c'est-à-dire l'Europe, et à établir, sur ses ruines, la foi germanique. Elle conservera la notion de Dieu, mais très vague, très confuse. Et le Führer prendra la place du Christ comme sauveur de l'Humanité. Ainsi des millions et des millions d'hommes invoqueront dans leur prière le seul nom de Hitler, et cent ans plus tard, on ne connaître plus que la religion nouvelle qui durera des siècles et des siècles."

    Joseph Kessel, "Les mains du miracle", Gallimard 1960, p86

    Pour achever de se convaincre de la collusion bien connue entre le christianisme et le nazisme, on pourra également se reporter aux journaux de Goebbels ou Martin Bormann.

  • Libido sciendi

    scholae.jpg

     Encore un exemple d'obscurantisme honteux dans lequel fut plongé notre occident pendant tant de siècles.

    Heureusement, les "Lumières" ont tout arrangé - la preuve en est, on ne manque jamais de nous le répéter. Ad libidinem nauseae.

     

    A lire ici.