Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société - Page 2

  • Gender

    Il est presque devenu un lieu commun de nos jours d'expliquer aussi peu doctement que péremptoirement, que les femmes, naturellement douées en tout, font tout mieux que tout le reste (c'est-à-dire les hommes), pour peu que le reste daigne leur faire place. Il nous faut des preuves.

    Ainsi :

    Marissa Meyer, PDG de Yahoo.

    Carly Fiorina, HP.

    Anne Lauvergeon, Areva.

    Patricia Russo, Alcatel Lucent.

    Agnès Saal, INA.

    Liste ouverte.

     

    Où la proposition initiale s'en trouve confirmée, car il est ainsi montré que les femmes échouent aussi bien que les hommes, voire mieux. Joignons notre voix à l'exigence de parité expérimentalement justifiée.

  • Le plus con des derniers des hommes

    On savait l'anglais quelque peu fâché avec le genre des noms. Le métro Londonien, en accord avec la bêtise du siècle, a donc décidé d'abandonner le message d'accueil "bonjour messieurs dames", pour un simple "bon jour tout le monde". Ceci pour s'assurer que tout usager (usagère ? transusager ? bisusager ?) se sente le bienvenu. 

    Il semble donc que cette civilisation n'aura de cesse d'aller au plus profond de l'abyme de la bêtise la plus crasse et la plus niaiseuse. Dans des zones inexplorées jusqu'alors, et ce comme le ridicule est parfaitement assumé. Puisque tout amour-propre est abandonné en même temps que la plus élémentaires pudeur.

    La lutte contre le genre ou comment devenir le dernier du plus con du genre humain. Les Anglais dans ce domaine n'ont pas fini de tirer les premiers.

  • La famille "polyamoureuse"

    Juste pour prendre date. "Nous sommes une famille, une famille polyamoureuse», a déclaré l’un des concubins." 

    Manque plus que Médor dans le tableau ; ça ne saurait tardé. La polycrétinerie de nos sociétés, courant en mode canard-sans-tête, n'en finit plus de chercher le fond des abîmes.

  • Drame

    Où l'on apprend que l'avortement est un drame - cliquez ici.

     "Je n'en veux pas à la sage-femme, mais je veux comprendre pourquoi l'hôpital était ainsi organisé. On ne peut pas mettre une femme qui veut avorter à côté d'une femme qui souhaite garder son enfant à tout prix. C'est trop difficile pour l'une comme pour l'autre."

    Si on peut. Et même on doit, puisque l'objet est rigoureusement identique. Si donc d'un côté nous avons un drame, de l'autre rien de plus que de l'indifférence quand l'objet reste le même et les sujets côte-à-côte, c'est que nous avons abandonné le propre de l'homme. 

  • Brexit ta mère

    Même Libé fait son mea-cupla : qu'est-ce qu'on avait pas entendu sur le populisme crasseux, démagogique, outrancièrement mensonger des pro-Brexit. On s'aperçoit maintenant que les voyous et les gangsters, c'est les autres.